Scop Le Pavé

Bienvenue, sous Le Pavé… (la page)

Site réalisé par formes vives

Manifeste des refondations issues du Pavé (introduction)

Cette refondation, accompagnée par Anne-Laure Desgris, Christiane Gilon & Patrice Ville (merci à leur sagacité et à leur endurance), fait suite à une auto-dissolution décidée courant 2014 au sein de l'équipe du Pavé. Cette auto-dissolution donne lieu à la fondation de deux nouvelles aventures d’éducation populaire : le Contrepied et La Trouvaille.

Ces refondations sont guidées par trois principes :

  • « Tous les contributeurs du Pavé en sont héritiers »
  • Pas de captation de l’identité du Pavé par une des deux entités
  • Partage égal des ressources collectives du pavé entre les deux structures en ce qu'il y a de positif et de contraignant

À ce titre, ces différentes entités bénéficient légitimement d’un partage intégral des richesses pédagogiques construites par la coopérative Le Pavé du 9 mars 2007, date de naissance, au 31 décembre 2014, date de sa dissolution symbolique.

Emmanuel Monfreux poursuivra au gré des sollicitations des activités d’éducation populaire, on peut le joindre à manumonfreux@gmail.com

De son côté, Franck Lepage, un des membres fondateur du Pavé, qu’il avait quitté en 2012, est joignable à l’adresse mail : franck.lepage@ardeur.net ou sur le site www.ardeur.net

Anthony Brault poursuit un travail de formation à l'éducation populaire et d'interventions socianalytiques. Son site : www.sanstransition.org

Les deux textes ci-dessous vous présentent successivement les deux structures, lire la suite dans le document en pièce jointe.

Le manifeste de dissolution du Pavé Le Contrepied

http://www.lecontrepied.org
contact@lecontrepied.org

Texte de refondation Le Contrepied
La Trouvaille

http://www.la-trouvaille.org
contact@la-trouvaille.org

Texte de fondation de La Trouvaille

Petite histoire - grande Histoire

Durée : 1h par participant, nombre : entre 5 et 15 personnes, aménagement : fresque murale ou sur table vierge

Désir : partager nos histoires de vie, les racines de nos colères et nos engagements, organiser la transmission de nos expériences politiques,

Préparation : aucune si ce n’est de se former aux récits de vie

Animation : Les participants ont tout d’abord une heure pour remplir un tableau vierge comprenant une ligne par année, la première année étant celle de notre naissance, la dernière étant l’année actuelle et 3 colonnes, la première pour y inscrire les années donc, la deuxième pour la petite histoire, la troisième pour la grande histoire. La petite histoire signifie notre histoire personnelle, la grande histoire, tout le reste. Il s’agit, pendant cette première heure, de trouver une anecdote par case vierge de ce tableau, signifiante par rapport à votre présence ici dans cette consigne : quels éléments de la petite et de la grande histoire vous ont amené ici aujourd’hui ? Il est difficile de remplir l’ensemble du tableau, il est bon d’essayer quand même.
Puis vient le temps du récit. L’animateur demande l’année de naissance du plus âgé de l’assistance, voici donc notre année de départ. Année après année jusqu’à aujourd’hui, l’animateur va ainsi proposer aux participants de livrer leurs anecdotes, de la petite comme de la grande histoire. Le temps imparti est en moyenne de 1 mn par anecdote. Généralement, nous installons un système de prises de note sur une fresque grand format, recouvrant des murs ou des tables et signifiant la progression de nos histoires de vie. La consigne s’arrête d’elle-même quand la dernière personne a livré son anecdote de l’année en cours.

Variantes : elles sont nombreuses ! Souvent le manque de temps nous oblige à demander aux participants de sélectionner un certain nombre d’anecdotes qu’ils désirent livrer. Parfois nous choisissons de faire des tours de table plutôt que de suivre le fil chronologique, sinon les plus jeunes restent dans le silence pendant de longues heures (ce qui peut être magique que de prendre le temps d’écouter des récits de vie. Parfois nous proposons de sélectionner une anecdote par période de 5 ou 10 ans...

NdlR : Cette consigne, d’une durée de 5 à 15 heures, est très déroutante. De par son format, de par l’implication qu’elle suppose de chaque participant, de par cette plongée dans l’inconnu et pour une durée plutôt longue. C’est, à chaque fois que c’est possible, avec cette consigne que nous démarrons des accompagnements d’équipes de travail ou nos formations longues (4 regroupements de 4 jours), parce que cette consigne créé par elle-même un climat d’écoute, de confidences, d’empathie et de curiosité. Le groupe en ressort soudé, solide et positif. Il nous est arrivé d’avoir des refus de participer, ces participants ne voyant pas l’intérêt de dévoiler leur vie pendant une formation? professionnelle. C’est effectivement aux personnes que nous nous adressons dans cette consigne.



Voici une analyse détaillée de l’intérêt de cette consigne.
 

PDF - 34.4 ko
Petite histoire - grande Histoire
Un outil d’éducation populaire

.

Documents liés