Scop Le Pavé

Bienvenue, sous Le Pavé… (la page)

Site réalisé par formes vives

Manifeste des refondations issues du Pavé (introduction)

Cette refondation, accompagnée par Anne-Laure Desgris, Christiane Gilon & Patrice Ville (merci à leur sagacité et à leur endurance), fait suite à une auto-dissolution décidée courant 2014 au sein de l'équipe du Pavé. Cette auto-dissolution donne lieu à la fondation de deux nouvelles aventures d’éducation populaire : le Contrepied et La Trouvaille.

Ces refondations sont guidées par trois principes :

  • « Tous les contributeurs du Pavé en sont héritiers »
  • Pas de captation de l’identité du Pavé par une des deux entités
  • Partage égal des ressources collectives du pavé entre les deux structures en ce qu'il y a de positif et de contraignant

À ce titre, ces différentes entités bénéficient légitimement d’un partage intégral des richesses pédagogiques construites par la coopérative Le Pavé du 9 mars 2007, date de naissance, au 31 décembre 2014, date de sa dissolution symbolique.

Emmanuel Monfreux poursuivra au gré des sollicitations des activités d’éducation populaire, on peut le joindre à manumonfreux@gmail.com

De son côté, Franck Lepage, un des membres fondateur du Pavé, qu’il avait quitté en 2012, est joignable à l’adresse mail : franck.lepage@ardeur.net ou sur le site www.ardeur.net

Anthony Brault poursuit un travail de formation à l'éducation populaire et d'interventions socianalytiques. Son site : www.sanstransition.org

Les deux textes ci-dessous vous présentent successivement les deux structures, lire la suite dans le document en pièce jointe.

Le manifeste de dissolution du Pavé Le Contrepied

http://www.lecontrepied.org
contact@lecontrepied.org

Texte de refondation Le Contrepied
La Trouvaille

http://www.la-trouvaille.org
contact@la-trouvaille.org

Texte de fondation de La Trouvaille

Langue des signes, colonisation de la langue, syndicalisme

Yaëlle Pierrat Frappé

A QUI PROFITENT NOS SILENCES ?

Y’a des moutons qui bêlent fort en
troupeau et puis qui tremblent dès qu’ils se trouvent tout seul...

Y’a des loups qui hurlent de
loin… et qui se sauvent ensemble quand on s’approche... Puis y’a ceux qui ont
plein de choses à dire mais qui ne peuvent pas parler avec des sons, et puis
ceux qui ont les sons mais qui ont peur de faire des mots...

Puis ceux qu’on force à écrire une
autre langue que la leur pour que leurs pensées laissent moins de traces...

Puis y’a aussi ceux qui croient
entendre une chose, mais c’est une autre chose qui s’est dite en vrai...

La version sous-titrée et illustrée, sur youtube :
http://www.youtube.com/watch?v=40ycjisYDTI&feature=youtu.be

Je ne fais pas une conférence sur la Langue des Signes. La langue des signes est ma métaphore. Je n’ai pas voulu faire une conférence sur la langue des signes, c’est trop réducteur, j’y parle aussi du placard syndical, du vietnam colonisé par la langue, de l’arabe et des banlieues, et des sourds et leur ghetto.

Elle porte sur les minorités maltraitées : femmes, syndicalistes, maghrebins en france, peuples natifs sur leur propre territoire. J’y dénonce l’esprit colonialiste et judéo-chrétien qui sévissent encore très fort dans nos académies de l’éducation nationale.

J’y dézingue le mythe de Jules Ferry et de sa pseudo laïcité...le patriarcat et toute forme d’autorité qui passe par le contrôle DE LA LANGUE et de l’écriture.