Scop Le Pavé

Bienvenue, sous Le Pavé… (la page)

Site réalisé par formes vives

Manifeste des refondations issues du Pavé (introduction)

Cette refondation, accompagnée par Anne-Laure Desgris, Christiane Gilon & Patrice Ville (merci à leur sagacité et à leur endurance), fait suite à une auto-dissolution décidée courant 2014 au sein de l'équipe du Pavé. Cette auto-dissolution donne lieu à la fondation de deux nouvelles aventures d’éducation populaire : le Contrepied et La Trouvaille.

Ces refondations sont guidées par trois principes :

  • « Tous les contributeurs du Pavé en sont héritiers »
  • Pas de captation de l’identité du Pavé par une des deux entités
  • Partage égal des ressources collectives du pavé entre les deux structures en ce qu'il y a de positif et de contraignant

À ce titre, ces différentes entités bénéficient légitimement d’un partage intégral des richesses pédagogiques construites par la coopérative Le Pavé du 9 mars 2007, date de naissance, au 31 décembre 2014, date de sa dissolution symbolique.

Emmanuel Monfreux poursuivra au gré des sollicitations des activités d’éducation populaire, on peut le joindre à manumonfreux@gmail.com

De son côté, Franck Lepage, un des membres fondateur du Pavé, qu’il avait quitté en 2012, est joignable à l’adresse mail : franck.lepage@ardeur.net ou sur le site www.ardeur.net

Anthony Brault poursuit un travail de formation à l'éducation populaire et d'interventions socianalytiques. Son site : www.sanstransition.org

Les deux textes ci-dessous vous présentent successivement les deux structures, lire la suite dans le document en pièce jointe.

Le manifeste de dissolution du Pavé Le Contrepied

http://www.lecontrepied.org
contact@lecontrepied.org

Texte de refondation Le Contrepied
La Trouvaille

http://www.la-trouvaille.org
contact@la-trouvaille.org

Texte de fondation de La Trouvaille

l’injonction de mobilité dans le capitalisme

BOUGE DE LÀ

Ou l’injonction économique de la mobilité, nouvel esprit du capitalisme ?

« Mobilité et stabilité ne sont pas antinomiques : un cycliste n’est stable sur sa bicyclette qu’en avançant. » Jacques Chirac, La France pour tous.

Le temps s’accélère et l’espace se réduit au rythme de la mondialisation.Les hommes sont sommés de s’adapter au monde du travail en pleine évolution. Être mobile devient le critère d’employabilité exigé et l’Europe presse les gouvernements d’assouplir la rigidité des contrats de travail afin de faciliter les mouvements de main d’œuvre.Dans une société en réseaux à plusieurs vitesses, ou certains se mettent au vélo pour préserver l’environnement, et d’autres rêvent de voiture pour accéder enfin à l’emploi, les fractures géographiques, socioprofessionnelles et numériques se creusent un peu plus chaque jour.

A force de naufrages dans ma vie de femme, de mère et de salariée, j’ai appris à naviguer. Je vous embarque à bord, dans cette traversée tempétueuse qui m’amènera à jeter l’ancre sur une plage de Bretagne.

Par Laurence NOGUES

La vidéo ici :