Scop Le Pavé

Bienvenue, sous Le Pavé… (la page)

Site réalisé par formes vives

Manifeste des refondations issues du Pavé (introduction)

Cette refondation, accompagnée par Anne-Laure Desgris, Christiane Gilon & Patrice Ville (merci à leur sagacité et à leur endurance), fait suite à une auto-dissolution décidée courant 2014 au sein de l'équipe du Pavé. Cette auto-dissolution donne lieu à la fondation de deux nouvelles aventures d’éducation populaire : le Contrepied et La Trouvaille.

Ces refondations sont guidées par trois principes :

  • « Tous les contributeurs du Pavé en sont héritiers »
  • Pas de captation de l’identité du Pavé par une des deux entités
  • Partage égal des ressources collectives du pavé entre les deux structures en ce qu'il y a de positif et de contraignant

À ce titre, ces différentes entités bénéficient légitimement d’un partage intégral des richesses pédagogiques construites par la coopérative Le Pavé du 9 mars 2007, date de naissance, au 31 décembre 2014, date de sa dissolution symbolique.

Emmanuel Monfreux poursuivra au gré des sollicitations des activités d’éducation populaire, on peut le joindre à manumonfreux@gmail.com

De son côté, Franck Lepage, un des membres fondateur du Pavé, qu’il avait quitté en 2012, est joignable à l’adresse mail : franck.lepage@ardeur.net ou sur le site www.ardeur.net

Anthony Brault poursuit un travail de formation à l'éducation populaire et d'interventions socianalytiques. Son site : www.sanstransition.org

Les deux textes ci-dessous vous présentent successivement les deux structures, lire la suite dans le document en pièce jointe.

Le manifeste de dissolution du Pavé Le Contrepied

http://www.lecontrepied.org
contact@lecontrepied.org

Texte de refondation Le Contrepied
La Trouvaille

http://www.la-trouvaille.org
contact@la-trouvaille.org

Texte de fondation de La Trouvaille

Enquêtes sensibles

Durée : une demi-journée de préparation + 1h par entretien, nombre : illimité, aménagement : tables et chaises

Désir : dépasser les représentations de nos collègues ou d’un public et s’attaquer frontalement au sentiment d’impuissance, d’inutilité ou d’isolement que les animateurs peuvent ressentir face à une situation ou un sujet de société

Préparation : aucune si ce n’est de se former à cet outil...

Animation : comme pour beaucoup d’outils, mais particulièrement pour celui-ci, il s’agit d’abord de se demander ce qu’on cherche réellement. C’est à partir de ces réponses que l’on pourra bâtir l’enquête sensible. Cette enquête se constitue concrètement d’une série de questions établies à l’avance. Les premières seront plutôt fermées, c’est-à-dire appelant des réponses objectives, et visent à décrire le contexte de la personne enquêtée par rapport au thème de l’enquête. Puis les questions glissent pour devenir ouvertes et subjectives. Une fois l’enquête construite, reste alors à prendre rendez-vous avec les personnes enquêtées dans des lieux neutres (pas sur le lieu de travail si l’enquête porte sur le travail de l’enquêté).

Variantes : nous en avons expérimenté plusieurs : entretiens collectifs, avec des passants, en enregistrant la conversation, sur un piquet de grêve, avec très peu de questions préparées ou avec beaucoup trop, en donnant le questionnaire à l’avance, etc. Le stage que nous proposons sur cet outil permet d’aborder toutes ces variantes mais aussi la construction du questionnaire, la posture de l’enquêteur et la place de l’enquête dans le contexte particulier où elle va être utilisée. Ce qui ne peut être variable, c’est de vivre l’enquête de visu, et non de demander de répondre par mail ou par écrit.

NdlR : L’enquête est sensible en ce qu’elle fait la part belle aux émotions et aux ressentis, qui encouragent ou qui freinent la personne à agir dans la situation ou vis-à-vis du sujet de société support de l’enquête. Le questionnaire ne fonctionne que s’il permet à l’enquêteur de remettre lui aussi en cause ses représentations et ses certitudes. Si le questionnaire pousse l’enquêté à donner raison à l’enquêteur sur les problèmes et les solutions vis-à-vis du sujet de l’enquête, alors elle isolera sans doute encore un peu plus l’enquêteur des personnes enquêtées.

Si vous voulez savoir comment ça se passe chez nous,
lisez le compte rendu détaillé et précis de la

formation du Pavé aux enquêtes de conscientisation