elements bibliographiques sur l'éducation populaire

Ouvrages

 

ALINSKY Saul : Manuel de l’animateur social. Une action directe non violente. Traduction de l’américain par Jean Gouriou et Odile Hellier. Seuil. 1976 (1ère édition américaine 1971 « Rules for Radicals »). 

 

BESSE Laurent : Les MJC, de l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes 1959-1981. PUR. 2008

 

BRUCY Guy, LAOT F., de LESCURE Emmanuel (sous la dir.). Mouvement ouvrier et formation. Genèses : de la fin du XIXè siècle à l’après Seconde Guerre mondiale. Paris. GEHFA. L’Harmattan. 2009

 

BOURRIEAU Jean : L'éducation populaire réinterrogée, L'Harmattan, 2003

Cacérès Benigno : Histoire de l’éducation populaire. Le Seuil, 1964.

CHARLOT Bernard et FIGEAT Madeleine : Histoire de la formation ouvrière des ouvriers. 1789-1984. Editions Minerve. Voies de l’histoire. 1985.

 

CHOSSON Jean-François : La mémoire apaisée. Au long des routes de l'éducation populaire et de l'enseignement agricole 1928-2001, L'Harmattan, coll. Histoire de vie et formation, Paris, Peuple et Culture, 2002

COULON Marie-Jo et LE GRAND Jean-Louis : Histoires de vie collective et éducation populaire – Les entretiens de Passay, Editions L’Harmattan, 2000

ELMIR François : Education ouvrière dans la première internationale. 1864-1870. Editions SIRESS. 2005

FORQUIN Jean-Claude : Les composantes doctrinales de l'idée d'éducation permanente. Analyse thématique d'un corpus international (UNESCO), L'Harmattan, 2002.

Freire Paulo: L’éducation, pratique de la liberté, 3ème éd. Cerf, 1974

GARIBAY F., M. SEGUIER (coordination) : Pratiques émancipatrices. Actualités de Paulo Freire. Paris : Syllepse. 2009

 

Grignon Claude et Passeron Jean-Claude : Le savant et le populaire. Gallimard-Le Seuil, 1989.

HELUWAERT Michel : Pour l'éducation populaire, L'Harmattan, Janvier 2004

HUMBERT Colette. Conscientisation. INODEP/3. L’Harmattan. 1982 (1ère édition 1976)

 

ION Jacques, MIEGE Bernard, ROUX Alain-Noël : L’appareil d’action culturelle. Editions universitaires. 1974

 

LACELLE Nicole : Qu'est ce que l'éducation populaire?, débats du comité de recherche de l'ICEA  sur les pratiques d'éducation populaire. Institut canadien d'éducation des adultes. 1981.

LAOT F. et OLRY P. (2004). Éducation et formation des adultes. Histoire et recherches.

Lyon : Institut national de recherche pédagogique

 

LEPAGE Franck : L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu…Inculture(s) 1. Editions du Cerisier. Cuesmes. Belgique. 2007.

 

LEON Antoine : Histoire de l’éducation populaire en France. Fernand Nathan. 1983.

MAUREL Christian : éducation populaire et travail de la culture. Eléments d’une théorie de la praxis, Paris, L’Harmattan, 2000.

MAUREL Christian : Education populaire et puissance d’agir. Les processus culturels de l’émancipation. L’Harmattan. Collection Le travail social. 2010

MERCIER Lucien : Les universités populaires, 1899-1914, éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, éditions de l'Atelier, 1987.

MIGNON Jean-Marie : Institutions de jeunesse, d'éducation populaire et de sports dans onze pays d'Afrique francophone, Afrique jeunesses uniques, jeunesse encadrée, L'Harmattan, 1985.

PEYRE Marion (sous la direction) : Le livre noir de l’animation socioculturelle, Collection Questions contemporaines, Paris, l’Harmattan -2005

POUJOL Geneviève : L’éducation populaire : histoires et pouvoirs. Éditions Ouvrières, 1981.

PREISWERK Matthias, HAMELINE Daniel : Apprendre la libération, exemples d'éducation populaire en Bolivie, Labor et Fides, 1994

RITAINE Évelyne : Les stratèges de la culture.  Presse de la Fondation nationale des Sciences politiques, Paris, 1983.

TERROT Noël : Histoire de l’éducation des adultes en France. Collection Savoir et Formation. L’Harmattan. 1997.

 

ARTICLES, REVUES

CARTON Luc : Éducation populaire ou animation socioculturelle ?  dont "6 critères possibles qualifiant une action d'éducation populaire", Groupe de recherche sur l'éducation populaire et le métier de directeur de MJC. Lettres de la FFMJC n° 8 (mars 1996), n° 9 (septembre 1996), n° 10 (novembre 1996).

LE GRAND Jean-Louis : Culture de la critique et éducation en France : un héritage à interroger, p 77 à 92. Pratiques de formation (analyses) « De la critique en éducation » Formation permanente Université Paris VIII. N°43 – mars 2002.   

 

LEPAGE Franck  (coordonné par) : L’éducation populaire ou la culture en actions. Les stages de réalisation, 50 ans d’aventure artistique. Document INJEP, hors série n° 5, 1997.

LEPAGE F. De l’éducation populaire à la domestication par la « culture ». Histoire d’une utopie émancipatrice. Le Monde Diplomatique, p 4-5, mai 2009.

Maurel Christian : Les ambivalences des actions socio-culturelles. Cahiers de l’animation n° 51, juin 1985.

NOSSENT Jean-Pierre : Revenir aux sources de l’éducation populaire. Revue Politique N°51, octobre 2007

ROCHE Pierre : Approche clinique et éducation populaire. Les cahiers du laboratoire du changement social N°7.

ROUSSEAU François : L’éducation populaire : entre commandes publiques et besoins sociaux, le projet associatif est en crise de sens. R.E.C.M.A. N°279, janvier 2001, p 11-25

 

Les cahiers de l'animation 49-50 : Education populaire : jeunesse dans la France de Vichy. 1940-1944/ éd. Patrick Gallaud, 1985.

Education permanente : la formation permanente entre travail et citoyenneté, N°149, janvier 2002

 

Revue Agora débats/ jeunesse. Education populaire : une actualité en question. INJEP. N°44. 2ème trimestre 2007.

Revue POLITIS : Éducation populaire, le retour de l’utopie. Hors série n° 29, février-mars 2000.

Revue POUR (Groupe de Recherche pour l'Education et la Prospective) :  Education populaire et nouveaux défis – N°173, mars 2002.

 

Revue PRATIQUES DE FORMATION (analyses), Les pratiques contemporaines de l’éducation populaire. Formation permanente Université Paris VIII. N°49. juin 2005.

 

 

ACTES/RAPPORTS/COLLOQUES/THESES…

A. MORVAN. Education populaire et éducation au politique. Journée d’étude du laboratoire Experice (mémoire, territoire et perspective d’éducation populaire), Université Paris VIII, 9 juin 2006.

 

F. TETARD, Vous avez dit ‘éducation populaire’ ?, Rencontres tarnaises pour l’éducation populaire, 27 novembre 199, Castres

 

Paul TAYLOR, Reconnaître d'autres savoirs et d'autres compétences, une nécessité pour répondre à l'exigence de démocratisation et pour le développement de chaque élève, professeur en sciences de l'éducation à l'université de Rennes II, Ville-Ecole-Intégration Enjeux, hors-série N°5, octobre 2002

 

P. Roche, Parole, savoir, œuvre, émancipation dans « Le travail en jeu - l’enjeu du travail, de nouveaux droits dans les politiques publiques pour renforcer la démocratie », actes de l’université d’été internationale de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture, 7-11 juillet 1998, Carcans-Maubuisson, INJEP, 1999, p 24-28

 

Guy SAEZ, Education populaire : la synthèse du politique, du culturel et du social dans les mutations du local, intervention à l'université d'été internationale de l'éducation populaire de la FFMJC, Carcans-Maubuisson, juillet 1998.

 

L'éducation populaire au tournant des années soixante. Etat, mouvement, sciences sociales. collection documents de l'INJEP, articles de Geneviève POUJOL, Jean-Pierre RIOUX, Guy SAEZ, Françoise TETARD, Philippe URFALINO, Etienne FOUILLOUX, Alain MONCHABLON, Jean-François CHOSSON, Jean-Pierre AUGUSTIN, Jacques ION, Joffre DUMAZEDIER et Jacques SHEER.

Éléments pour une histoire de l’éducation populaire. Colloque des 28-29-30 avril 1975 (à consulter au centre de documentation de l’INJEP à Marly-le-Roi).

Le travail en jeu – L’enjeu du travail. Université d’été internationale de la FFMJC (7-11 juillet 1998). Éditions INJEP Marly le Roi, 1999.

Interroger les politiques publiques. Université internationale de l’éducation populaire de la FFMJC (juillet 1999). Éditions INJEP Marly le Roi, 2001.

Actes du Forum régional pour l’avenir de l’éducation populaire. Direction Régionale Jeunesse et Sports Auvergne. Clermont-Ferrand. 27 au 30 avril 1999.

Rencontres pour l’avenir de l’éducation populaire (Sorbonne, 5-6 novembre 1998). Actes, Éditions Ellébore, Paris, 1999.

Citoyens chiche ! Le livre blanc de l’éducation populaire, LETERRIER Jean-Michel, Les Editions de l’Atelier, 2001.

 

L’éducation populaire ou le travail de la culture dans la transformation sociale, - Rapport d'étape, une offre publique de réflexion du Ministère de la Jeunesse et des Sports sur l'avenir de l'éducation populaire, Franck LEPAGE, Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire, 1er janvier 2001

 

L'espérance contrariée/ éducation populaire et jeunesse à la Libération : 1944-1947, actes du colloque 10-12 décembre 1985, organisé par l'Institut National d'Education Populaire, Les cahiers de l'animation 57-58, 1986

 

Dossier L'éducation populaire s'interroge, trimestriel N°160 octobre /novembre/décembre 2002, Animer, le magazine rural.

 

L'utopie d'une économie de changement social, revue Economie et Humanisme, n° 354, octobre 2000. Cet article comprend, d'autre part, de larges références à ouvrage Peuple et Culture 1945-1995, 50 ans d'innovation au service de l'éducation populaire, ouvrage dirigé par Jean-François Chosson, Peuple et Culture, 1995.

 

 

 

Réinventer l’international, réflexion sur une démarche d'éducation populaire, Alexia MORVAN et Carole SALERES (sous la coordination), récits de pratiques et réflexions d’un groupe interfédérations d’éducation populaire ayant travaillé trois ans sur la question des relations internationales dans une démarche d’éducation populaire. Coédition INJEP et CNAJEP, En vente à l’INJEP. www.injep.fr

 

Guide de l'éducation populaire/ direction Benigno CACERES, Minelle VERDIE, La Découverte, 1985.

 

Dictionnaire biographique des militants, XIXè-Xxè siècles/ direction Geneviève POUJOL, Madeleine ROMERPREF., Maurice AGULHON, de l'éducation populaire à l'action culturelle, L'Harmattan, 1996

- Nathalie BOUCHER-PETROVIC, 2008. La référence à la société de l'information dans les milieux de l'éducation populaire français : levier de la réactualisation d'un projet centenaire?, thèse de Sciences de l'information et de la communication, sous la direction de Pierre Meoglin et Yolande Combès, Université de Paris 13

 

- Jean BOURRIEAU, L’éducation populaire réinterrogée par l’évolution du travail et l’irruption de l’interculturel. Thèse soutenue le 27 juin 1997. Directeur de thèse Guy  Berger. Université Paris VIII.

 

- Geneviève DEFRAIGNE TARDIEU. L’université populaire Quart Monde. La construction du savoir émancipatoire. Thèse en sciences de l’éducation. Laboratoire Experice. Sous la direction de René Barbier, université Paris VIII. Soutenue le 3 octobre 2009.

 

SITES

 

Sur le site de l'Institut National pour la Jeunesse et l'Education Populaire, son centre de documentation possède des fonds anciens sur l'éducation populaire

http://www.injep.fr/docu/index.html

 

Lors du lancement de l'offre publique de réflexion sur l'avenir de l'éducation populaire, les actes des rencontres de lancement de l'offre, le rapport provisoire du travail, des ressources, des forums de discussions, des données sur les groupes constitués, ont été mis en ligne à l'adresse http://www.educpop.org

 

Le collectif de l’Offre Civile de réflexion « Education populaire et transformation sociale » s’est fabriqué un site qui recueille et diffuse des textes de pratiques et apports théoriques sur l’éducation populaire et ses enjeux contemporains. http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/

 

 

 

- Raymond DEBORD, Qu’est ce que la conscientisation ? Version rédigée d’un exposé présenté en juin 2004, sur la base d’un document « la conscientisation » édité par le « Collectif québécois de conscientisation », http//www.le-militant.org./remu/conscientisation.htm

 

- F. Esteves, F. Lepage, A. Morvan, J. Pasquier, L. Silva, « Réinventer l’éducation populaire : quel pouvoir, quelle liberté et quelles procédures pour une vie associative de transformation sociale », Forum Social Européen, Saint-Denis, France, synthèse des débats http://www2.fse-esf.org/rubrique.php3?id_rubrique=2123

 

 

QUELQUES DEFINITIONS ?

 

 

CONDORCET : La déclaration de Condorcet présentée à l'Assemblée Nationale en avril 1792 donne à l'éducation une finalité démocratique et jette les bases de l'Education populaire en montrant que l'enseignement de la citoyenneté s'inscrit dans un régime républicain. "L'instruction permet d'établir une égalité de fait et de rendre l'égalité politique reconnue par la loi… En continuant l'instruction pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances acquises dans les écoles de s'effacer promptement de la mémoire : on retiendra dans les esprits une activité utile; on instruira le peuple des lois nouvelles (…) qu'il lui importe de ne pas ignorer. On pourra lui montrer enfin l'art de s'instruire par lui-même."

 

Jean-Claude DUMOULIN, Président du FONJEP dans “ Education Populaire, nostalgie ou réalité ” , Document de l’INJEP 1992.

“ L’éducation populaire peut être comprise comme un moyen de réalisation de l’ambition démocratique : le pouvoir des citoyens par les citoyens pour les citoyens. Ainsi doit-elle permettre à ceux qui n’ont pas accès à l’acquisition des savoirs de base nécessaire à l’exercice de la citoyenneté, la structuration d’une pensée rationnelle, et l’apprentissage collectif de la démocratie dans les luttes menées pour la faire triompher, au sein des institutions qui la promeuvent ”.

 

ARDOINO : "L'éducation populaire est le développement de l'esprit critique du plus grand nombre", intervention lors d'un séminaire au CNAJEP, décembre 1999.

 

 

Site de la fédération d'éducation : Léo Lagrange National  http://www.leosurf.org "Si, à la fin du XIXème siècle, l'Education populaire vise à 'domestiquer la rue', ses missions s'enrichissent. Ils 'agit de diffuser la connaissance au plus grand nombre et de permettre à chacun de prendre place dans la société". Ses moyens ? Des activités culturelles, sportives et de loisirs accessibles à tous. Sa finalité ? Agir en complément des actions de l'Education nationale pour donner une seconde chance à ceux qui ont quitté l'école sans diplôme, pour permettre l'éveil des consciences et favoriser la prise de responsabilité. Au final, il s'agit de reconnaître le droit à chacun de progresser dans sa connaissance du monde , en bénéficiant d'une pédagogie adaptée et globale, qui considère l'homme dans sa totalité, en tenant compte de son parcours de vie et de son environnement..

 

 

Didier LAPEYRONNIE, professeur de sociologie : "L'éducation populaire cela devrait être l'explication sociale de la situation où nous sommes, des inégalités (…) notre problème majeur c'est de recréer du langage politique, c'est-à-dire remettre du politique là où il y a du vide politique, donner des ressources pour prendre plus de distance, fabriquer du conflit, fabriquer de l'espace politique là où ce vide politique empêche les gens de se constituer, de se construire et d'exister dans la vie sociale  ", intervention au forum régional de l'éducation populaire en Auvergne. le 27/04/1999 à Clermont Ferrand.

 

Selon Jean-Pierre Nossent[1]  l’éducation populaire agit dans un « double mouvement d’autodidaxie professionnelle, culturelle et politique des travailleurs d’une part, d’émancipation et de transformation sociale d’autre part ». « Historiquement, l'éducation populaire s'enracine dans le projet de
démocratie politique (le pouvoir n'appartient qu'aux citoyens) et dans la
démocratie économique (juste répartition des richesses et du pouvoir dans
l'entreprise). 
[2]». L’éducation populaire est selon Nossent une pratique culturelle de résistance ou plus exactement la mise en œuvre d’une culture de la résistance. « Résistance à quiconque voudrait réduire les individus et les groupes sociaux à un objet pour le capitalisme qui tente de les enchaîner au service de biens de consommation, tant par leur inclusion dans le système que par l’exclusion de certains ».

 


COMMISSION "EDUCATION POPULAIRE" CNAJEP  : CANEVAS D’ECHANGES

 

1- Parti pris du militantisme :

L’éducation populaire suppose-t-elle que ceux qui la pratiquent soient des militants d’un projet de société qui peut prendre la forme d’une "utopie mobilisatrice" ?

 

2- Référence à des méthodes, actions et choses concrètes :

Y a-t-il une ou des méthodes pour une démarche d’éducation populaire et si oui lesquelles ? En particulier le recours au concret et à l’activité est-il à coup sûr la marque de l’éducation populaire ?

 

3- Capacité de l’Homme à évoluer dans une démarche de débat, d’échanges, de confrontations :

L’éducation populaire est–elle assise sur la conviction que l’humanité progresse grâce à l’échange réciproque, à la confrontation, au débat, c’est-à-dire grâce à la négociation entre points de vue différents, voire antagonistes ?

 

4- Mise en tension individu/collectif ou groupes/société :

Le projet d’éducation populaire consiste-t-il à travailler l'intégration de l'individu au collectif ou à reconnaître le conflit comme central dans la production de la société et donc, à construire des espaces de négociation entre points de vues particuliers et intérêt commun ?

 

5- Capacité pour chacun de décider de son avenir :

L’éducation populaire suppose-t-elle que l’on affirme comme principe qualifiant l’humanité, que chacun des membres de celle-ci puisse décider souverainement de son avenir comme sujet ?

 

6- Lutter contre les déterminismes qui nous asservissent :

L’éducation populaire met-elle la lutte contre la fatalité des origines, des conditions, des parcours au centre de son action, en supposant qu’elle consiste avant tout à contribuer à la transformation des conditions de vie de chacun ?

 

7- Un projet de transformation sociale :

Comment l’éducation populaire contribue-t-elle aux modifications des rapports sociaux, politiques, économiques et culturels pour aller vers une société plus solidaire et plus équitable ?

 

8- Capacité d’expertise citoyenne :

L’éducation populaire assoit-elle son action sur une ou des méthodes qui impliquent la nécessité de tenir compte de tous les avis et de tous les points de vue sans les hiérarchiser, mais en les confrontant les uns aux autres ? A-t-elle ainsi pour objectif de construire des connaissance collectives et/ou mutualisées ?

 

9- Egalité dans les savoirs :

L’éducation populaire présuppose t-elle comme principe fondateur l’affirmation que tout savoir, d’où qu’il vienne et quel qu’il soit, possède une légitimité qui fonde l’égalité entre ses détenteurs, ce qui suppose qu'il n'existe personne qui soit inculte ?

 

9Bis- Education mutuelle :

Ce principe doit-il conduire à construire et à utiliser des méthodes ou des dispositifs destinés à permettre une éducation mutuelle ?

 

10- Le droit à la culture :

A quelles conditions peut-on penser que l’éducation populaire soit un élément de résistance à l’envahissement du champ culturel par des produits de grande consommation ?

 

11- Référence à des valeurs :

Y a-t-il des valeurs particulières qui fonderaient spécifiquement un projet d’éducation populaire ?

 

12- « Fonction Educative »  dans l'Education Populaire

Un projet d’éducation populaire ne nécessite-t-il pas de penser une différence entre instruire et éduquer, l’un consistant à transmettre des connaissances appartenant au patrimoine de l’humanité, l’autre consistant à ce que chacun ait les moyens de construire les outils de lecture du monde dont il a besoin, en tenant compte de son histoire, de sa condition, de son projet, etc… ?

 

 


 Comité pour les relations Nationales et internationales des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire

15, Passage de la Main d’Or – 75011 Paris l Tél 01 40 21 14 21 l Fax 0140 21 07 06 l e-mail : cnajep@cnajep.asso         



[1] Jean-Pierre NOSSENT. Revenir aux sources de l’éducation populaire. Revue Politique N°51, octobre 2007

[2] Jean-Pierre Nossent. Revue POLITIQUE n°51, octobre 2007